Haut de page

Saisir vos observations
L'espèce du mois

Le Rougequeue noir

A l’aube, lancée du haut des toits, une trille perçante et joyeuse suivie d’un froissement de papier...

Espèce du mois
Lire la suite...
Photothèque Sonothèque Bibliothèque Saisir vos observations L'espèce du mois
L'espèce du mois

La Mésange Huppée

Lophophanes cristatus

 

 

La punk attitude !

  © V. Limagne

© V. Limagne / LPO-IDF

 

Ordre : Passeriformes
Famille : Paridés
Genre : Lophophanes
Espèce : Lophophanes cristatus

 

On ne peut pas la confondre

La Mésange huppée (Lophophanes cristatus European Crested Tit Herrerillo capuchino) est un passereau qui appartient à la famille des Paridés. C'est une mésange plutôt de petite taille (12 cm pour 10 à 12 g), comparable à celle de la Mésange bleue. Avec sa huppe caractéristique mouchetée de blanc et de noir, on ne peut pas la confondre avec une autre espèce. Son bec de couleur noire est court ; sa gorge est noire et le reste de sa tête blanche / grise marquée par une virgule noire qui part de son oeil et qui fait le tour de sa joue. Le dessus de ses ailes et son dos sont de couleur marron uniforme alors que ses flancs sont plutôt chamois tirant sur le beige. Il n y a pas de dimorphisme marqué entre mâle et femelle si ce n'est une huppe moins imposante chez cette dernière.

© F. Desbordes

Mésange huppée, © Dessin de F. Desbordes

Sa voix est caractérisée par un trille caractéristique, souvent répété, sorte de brrrrt, qui diffère des cris des autres espèces de mésanges. Son chant est constitué d'une série de sons aigus et de cris alternés rapidement. Ecoutez son chant ici.

"Mon beau sapin"

Espèce clairement inféodée aux conifères, l'habitat naturel de la Mésange huppée demeure les milieux forestiers et plus particulièrement ceux composés de vieux peuplements de pins et/ou de sapins, dans lesquels elle trouvera notamment cavité et nourriture nécessaires à sa nidification. Mais on la trouve également plus près de l'homme dans les espaces boisés mixtes, les parcs et jardins, à condition d'y retrouver des conifères. En montagne, on la retrouve jusqu'aux limites des forêts d'altitudes, grosso modo 2500 mètres, avant de passer à un étage montagnard pur.

Une grande insectivore

C'est une grande prédatrice d'insectes, d'araignées et de petits invertébrés en tout genre. Durant les périodes où ses proies deviennent plus rares, elle n'hésite pas à varier son régime alimentaire en mangeant également graines de conifères, petites baies et fruits. C'est d'ailleurs un oiseau que l'on peut croiser l'hiver autour des mangeoires mises à disposition des oiseaux dans les jardins.

Au menu de ...

Les prédateurs de la Mésange huppée sont comme pour une grande palette d'espèce des Rapaces comme l'Epervier d'Europe, la Chevêchette d'Europe mais également des Mammifères comme les Martres, grandes amatrices d'oisillons au nid.

© Mésange huppée

Mésange huppée © V. Limagne

Reproduction, à la recherche de bois vermoulu

A la fin de l'hiver, le mâle parade en dressant sa huppe tout en faisant vibrer ses ailes. Comme toutes les mésanges, la Mésange huppée est cavicole. C'est la femelle qui choisit de préférence une vieille souche, un arbre malade au bois tendre, pourri, dans lequel elle pourra y aménager, à la manière d'un pic, une cavité. L'intérieur sera garni par la femelle de mousses, d'herbes, de poils, de plumes et de laine. De 5 à 8 oeufs blancs mouchetés de brun / roux sont pondus entre avril et mai dans cet écrin. Comme pour beaucoup de mésanges, ils sont couvés durant 14 jours uniquement par la femelle et après l'éclosion des jeunes, c'est un va et vient incessant qui va s'opérer durant environ trois semaines pour les nourrir jusqu'à leur envol.

© Dessin Mésange huppée

Mésange huppée © Dessin de L. Schlemmer

Comportement

Il s'agit d'une espèce plutôt peu farouche et bavarde, que l'on pourra observer notamment à l'automne lorsqu'elle rejoint d'autres espèces de Mésanges, Roitelets et autres Pouillots dans des rondes qui peuvent être conséquentes.

© Mésange huppée

Mésange huppée, © V. Limagne

La mésange huppée dans le monde, en France et en Île de France

En Europe

La Mésange huppée est une espèce sédentaire, répandue et présente uniquement en Europe, depuis l'Oural jusqu'aux franges ouest du continent, et de la Scandinavie jusqu'au nord de la Grèce ; elle est absente en Italie, en Grande Bretagne (exception faite de petites populations en Ecosse) et dans le grand nord scandinave. Un léger déclin semble constaté globalement au niveau européen, principalement dû à la perte d'habitat en lien avec une exploitation forestière qui augmente et des pratiques qui ne laissent que peu de bois mort et souches sur pied.

En France

En France on la retrouve quasiment partout, mise à part la Corse où elle est totalement absente. Classée en préoccupation mineure, sa population française est estimée dans une fourchette plutôt large qui va de 300 000 à 600 0000 couples.

En Île de France

En Île de France, elle est présente dans quasiment l'ensemble de la Région, excepté les terres les plus agricoles de Seine et Marne et des Yvelines. Le massi f bellifontain par exemple est un lieu idéal pour l'observer. Au niveau francilien, c'est une espèce commune dont la population n'est pas menacée et comprise entre 5000 et 8500 couples.

© Répartition

Carte de nidification du Mésange huppée Lophophanes cristatus en Île-de-France (issue de l’Atlas des oiseaux nicheurs d’Ile-de-France, 2009-2014).
En rouge les nicheurs certains, en orange les nicheurs probables et en jaune les nicheurs possibles. Les cercles concentriques donnent une idée des effectifs nicheurs par maille du quadrillage : de 1 à 10 couples pour les petits cercles, de 11 à 100 pour les plus grands cercles, des losanges lorsqu’il n’y a pas eu de dénombrement

Le saviez-vous ?

C'est un oiseau qui, par son régime alimentaire, peut être un prédateur très efficace de population d'insectes parfois très envahissante comme la chenille processionnaire du pin !

Pas de lieu ou de tronc idéal pour accueillir son nid ? Pas grave la Mésange huppée a de la ressource ; les nichoirs artificiels sont volontiers acceptés mais également les entrelacs de branches des aires de rapaces, même occupées !

Bibliographie

Ouvrages

  • Le guide ornitho Lars SVENSSON Delachaux et Niestlé
  • Atlas des oiseaux nicheurs d'Ile de France 2009 2014 CORIF LPO Ile de France

Sites internet

Article de Vincent Limagne