Haut de page

Saisir vos observations
L'espèce du mois

Le Plongeon catmarin

Ce n’est pas un canard ? Non, il a le bec pointu ! Et il miaule comme un chat. c’est le Plongeon Catmarin !

Espèce du mois
Lire la suite...
Photothèque Sonothèque Bibliothèque Saisir vos observations L'espèce du mois
L'espèce du mois

Le Bouvreuil pivoine

Pyrrhula pyrrhula

 

 

un rouge mélancolique...

  © Bouvreuil pivoine

M. Sitterlin © LPO-IDF

 

Ordre : Passériformes
Famille : Fringillidés
Genre : Pyrrhula
Espèce : Pyrrhula pyrrhula

Mars, l'éveil de la nature est en marche... Dans une forêt de proche banlieue parisienne, j'entame une prospection des lisières et des landes à canules, les yeux rivés au sol à la recherche des premiers Reptiles en thermo régulation... Un appel discret parvient à mes oreilles depuis les bouquets de bouleaux encore bien présents. Il est là, dans mes jumelles, je ne peux pas me tromper !

Description

Le Bouvreuil pivoine [Pyrrhula pyrrhula – Bullfinch (ANG) – Gimpel (ALL) – Ciuffolotto (ITA)] est un passereau qui appartient à la famille des Fringillidés (Pinsons, Grosbec, Serins, Sizerins, Chardonneret...). C'est un oiseau plutôt trapu, avec une silhouette façon “tête dans les épaules”, de taille moyenne (15,5 à 17,5 cm avec un poids qui tourne plus ou moins autour des 30 g), comparable à celle d'un moineau. Avec sa calotte noire descendant juste sous le bec, son poitrail et ventre rouge rosé caractéristique, on peut difficilement confondre le mâle avec une autre espèce. Son bec, de couleur noire, brillant, est très court. Son dos est gris, une partie des couvertures et toutes les rémiges sont noires et brillantes, ce qui contraste avec le croupion blanc et les bandes alaires blanches bien visibles une fois les ailes déployées. La queue aussi est noire. Le dimorphisme entre mâle et femelle est bien marqué ; on retrouve ainsi chez cette dernière une couleur chamois bien plus discrète en lieu et place du rouge du mâle Quant aux juvéniles, ils ont des tonalités proches de celles de la femelle, la calotte noire en moins.

Son cri de contact est caractérisé par un son flûté mono syllabique, iuh ou un pyu bref, sifflé ou flûté, grave et vaguement mélancolique ou un pi (uy) u, à la fin légèrement tombante. Son chant, doux, lent, haché, presque étouffé est un mélange des sons émis par ses cris.

Habitat

L’habitat naturel du Bouvreuil pivoine correspond aux milieux forestiers clairs, entrecoupés par exemple de landes, constitués de feuillus, de conifères ou mixtes. Mais on le trouve également plus près de l'homme quand les haies subsistent encore, dans les vergers voire les parcs et jardins si des strates inférieures sont présentes. En montagne, on le retrouve jusqu'aux limites des forêts d'altitudes, grosso modo 2500 mètres, avant de passer à un étage montagnard avec une végétation plus buissonnante dans lequel il peut également évoluer pour s'y nourrir.

© Bouvreuil pivoine femelle

Bouvreuil pivoine femelle / LPO-IDF

Régime alimentaire

C'est avant tout un oiseau granivore, en atteste son bec très court mais par ailleurs très puissant. Le régime alimentaire de l’adulte, qu'il trouve principalement dans les strates basses et herbacées de son habitat, se compose essentiellement de graines de tailles variées (provenant des graminées à celles des conifères) mais également de bourgeons au printemps et de petites baies (sorbier, alisier, sureau...). Ponctuellement il agrémente son régime de différents petits insectes mais cette part est très faible. A contrario, le juvénile a un régime clairement insectivore. C'est un oiseau que l'on peut ponctuellement apercevoir autour des mangeoires mises à disposition des oiseaux dans les jardins.

Reproduction

Espèce monogame, c'est madame qui a le rôle dominant dans le couple qui se forme à l'issue de parades discrètes, à l'image de l'oiseau, qui démarrent en mars.

C'est le mâle qui choisit alors le site de nidification tandis que la construction est assurée par la femelle. Le nid est construit assez bas (quelques mètres de haut tout au plus) dans un arbuste au couvert dense ou un buisson touffu. C'est un nid constitué de brindilles sèches, tapissé de radicelles et de fibres végétales. En avril-mai 4 à 5 œufs (rarement 3 ou 6) sont pondus, ils sont d'un bleu pâle maculé de taches brun-pourpre. L'incubation dure 12 à 14 jours, assurée par la femelle, aidée et nourrie par le mâle. Les poussins sont nourris majoritairement d'invertébrés. Ils quittent le nid à l'âge de 14 à 16 jours mais restent encore dépendants des adultes deux voire trois semaines (principalement le mâle si une seconde nidification est entamée).

Comportement

Il s'agit d'une espèce discrète, que, a contrario d’autres espèces de sa famille comme les pinsons et sizerins par exemple, on ne retrouve pas en grands groupes ou rassemblements, tout au plus en petits groupes plutôt « familiaux ».

Prédateurs naturels

Les prédateurs du Bouvreuil pivoine sont comme pour un grand nombre d'espèces des Rapaces comme l'Epervier d'Europe, ou en forêts de montagne la Chevêchette d'Europe mais également des mammifères amateurs d'oisillons au nid. Les chats ne sont bien sûr pas en reste.

© Bouvreuil pivoine

Bouvreuil pivoine mâle / LPO-IDF

Répartition

Le Bouvreuil pivoine présente une distribution mondiale (10 sous-espèces), puisqu’on le retrouve des côtes atlantiques aux côtes pacifiques, sur le continent eurasien mais également sur le continent nord-américain. C'est un migrateur partiel pour les oiseaux du nord-est de l’aire de répartition (et parfois les individus montagnards) qui quittent leurs sites de nidification, inhospitaliers en hiver, et rejoignent les sédentaires plus au sud.

En France on le retrouve quasiment partout, hormis le pourtour méditerranéen.

En Ile-de-France, l'espèce est présente dans l'ensemble de la Région, excepté les terres les plus agricoles de Seine-et-Marne et des Yvelines.

© répartition Bouvreuil pivoine

Carte de nidification du Bouvreuil pivoine (Pyrrhula pyrrhula) en île-de-France (issue de l’Atlas des oiseaux nicheurs d’Ile-de-France, 2009-2014).
En rouge les nicheurs certains, en orange les nicheurs probables, en jaune les nicheurs possibles. Les cercles concentriques donnent une idée des effectifs nicheurs par maille du quadrillage : de 1 à 10 couples pour les petits cercles, de 11 à 100 couples pour les cercles moyens, des losanges quand il n’y a pas eu de dénombrement.

Effectifs

C'est une espèce dite régulière mais qui n'est jamais présente en grand nombre. Espèce septentrionale, elle subit de plein fouet les changements climatiques et la perte d'habitat avec un déclin marqué de 60% des effectifs nicheurs au niveau francilien entre 2004 et 2014. Baisse confirmée par celle de sa population française de 64% sur les 25 dernières années ! Ainsi ses effectifs sont estimés au niveau francilien entre 3 000 et 5 000 couples (Atlas des oiseaux nicheurs d'Ile-de-France 2009-2014).

Le saviez-vous ?

Sa voix ne trompe pas... les Bouvreuils du nord de l'Europe émettent un "hip" de tonalité plus élevée et un peu claironnant, très différent du cri classique détaillé précédemment. Cette différence permet de repérer les bouvreuils hivernants qui proviennent principalement de Russie... Ils sont nommés "bouvreuils trompétants".

C'est un oiseau émotif qui doit être manipulé avec beaucoup de précaution lors des séances de bagage, sous peine de le voir mourir dans les mains d'un choc émotionnel.