Haut de page

Photothèque
Sonothèque
Bibliothèque
Saisir vos observations
L'espèce du mois

Le Pigeon colombin

Il est craintif et passe totalement inaperçu au contraire de ses cousins biset et ramier !

Espèce du mois
Lire la suite...
Photothèque Sonothèque Bibliothèque Saisir vos observations L'espèce du mois

Revenir à la liste
des dossiers

Ecouter Voir

> Un grand projet d'éducation
à l'environnement

> Témoignage d'une remise de CD à Champigny-sur-Marne (94)

> L'exposition

Les panneaux de l'exposition

> Panneau 1

> Panneau 2

> Panneau 3

> Panneau 4

> Panneau 5

> Panneau 6

> Panneau 7

> Panneau 8

> Panneau 9

> Panneau 10

Champigny-sur-Marne

Pour les enfants, la concrétisation du projet...

Le 23 octobre 2006, Aurélie, Animatrice au Corif, vient remettre aux élèves de 6° section SEGPA (année scolaire 2005/2006) du Collège Paul Vaillant Couturier à Champigny-sur-Marne, le CD « Écouter pour voir les oiseaux » à l'élaboration duquel ils ont participé.

Mésange bleue

Six adolescents nous attendent entourés de leur professeur de Sciences, Madame Georges - initiatrice de ce projet éducatif avec le Corif - ainsi que du Directeur de la section SEGPA et de l'Assistante sociale du Collège. Est également présente, Mme Bréault, journaliste au Parisien.

Après la remise des CD édités par Nashvert Production - L'Oreille Verte, Mme Bréault prend plusieurs photos des élèves avec leur professeur, brandissant leur CD (voir la mine réjouie des enfants sur la photo parue dans le Parisien/Val-de-Marne du 25 Octobre 2006).

Aurélie nous dit alors comment elle a travaillé avec les élèves : une approche en classe du monde des oiseaux, suivie de 2 sorties, en mars/avril, dans 2 parcs des environs (les parcs des Bordes et du Morbras), avec à chaque fois 2 heures d'enregistrement des chants d'oiseaux grâce à des paraboles.

Geai des chênes

Puis elle explique aux collégiens comment Fernand Deroussen, un des meilleurs bio-acousticiens de France, a travaillé à partir des sons enregistrés par les élèves (atténuation des bruits de voitures, d'avions, pour mettre au premier plan les chants des oiseaux). L'auditoire est attentif et réagit à l'appellation "déficient visuel" employée par Aurélie pour désigner un autre groupe d'enfants qui a aussi participé au projet ; quelle en est la signification ?

Avant de passer à l'écoute des sons, Mme Georges nous montre un petit film qu'elle a réalisé à partir d'une étude précédente sur l'environnement, faite avec ces mêmes élèves et qui a été le préambule à l'action « Écouter pour voir les oiseaux ».

Mme Bréault demande aux élèves si cette action les a intéressés et ce qu'il leur en reste ? Les réponses sont assez brèves, mais ont le mérite d'exister : "maintenant je sais ce que c'est qu'un pinson et un moineau" ; "y'a plein d'oiseaux qui vivent dans les parcs". On sent que ces adolescents ont du mal à exprimer leurs sentiments ou, peut-être, n'ont pas envie de les exprimer.

Mésange à longue queue

L'approche de la nature par l'écoute des sons peut paraître assez ardue. Pourtant, ces enfants qui ont grandi en ville, ont su prêter suffisamment d'attention aux chants des oiseaux qui fréquentent leurs parcs, pour pouvoir les étudier et les enregistrer.

Mme Georges, à qui on demande si elle a noté un changement de comportement des élèves après cette action, dit tout d'abord que ces adolescents - en détresse scolaire - n'aiment pas beaucoup faire connaître leur ressenti personnel, et ensuite qu'elle perçoit rarement dans l'immédiat les résultats des actions éducatives.

Hirondelle rustique

Pourtant, quand on demande aux enfants s'ils se souviennent d'oiseaux qu'ils ont entendus, ils sont plus diserts : plusieurs citent "le Troglodyte mignon, l'Accenteur mouchet", et puis viennent "le Rouge-gorge, le Rouge-queue noir, les Corbeaux" (qui sont des Corneilles noires précise Aurélie).

Faut-il attribuer cette mémoire à l'imaginaire lié aux noms de ces oiseaux ou au souvenir précis que les adolescents en ont ? Qu'importe, ils montrent que le travail fait par Mme Georges, avec le soutien du Directeur de la SEGPA, et le savoir-faire d'Aurélie, a laissé des traces - comme un frémissement - et c'est là l'essentiel.

Souhaitons que d'autres s'en inspirent car l'équipe du Collège Paul Vaillant Couturier - Professeur - Directeur - élèves - a prouvé l'importance de cette action éducative.

Le Corif remercie les enfants et tous ceux qui ont permis qu'existe le projet d'éducation à l'environnement et le CD « Écouter pour voir les oiseaux ».

Madeleine Chauty