Haut de page

Photothèque
Sonothèque
Bibliothèque
Saisir vos observations
L'espèce du mois

Le Gobemouche noir

Il est en smoking pour l'été ! Venez le découvrir !

Espèce du mois
Lire la suite...
Photothèque Sonothèque Bibliothèque Saisir vos observations L'espèce du mois
Observer

Recevez chez vous le Guide Ornitho et soutenez notre association.

Pour 38,40 euros port compris, recevez chez vous le Guide Ornitho de Peter J. Grant, Killian Mullarney, Lars Svensson, Dan Zetterstom, aux éditions Delachaux et Niestlé, le guide d'identification de référence, conseillé par la LPO-IDF. Vous soutiendrez ainsi financièrement notre association.

> Télécharger le bon de commande

Noter ses observations

Observer utile : fiches d'observation, d'homologation...

Participer à des études

L'Observatoire régional
des oiseaux communs

L'Atlas national des oiseaux nicheurs

L'Atlas des oiseaux nicheurs du Grand Paris

Les faucons crécerelles de Paris

L'Enquête moineaux Corif/LPO

L'Enquête Moineau friquet

Et d'autres encore... Renseignez-vous.

Où observer les oiseaux

Les principaux sites
d'Ile-de-France

Balades et observations
dans la région
de Rambouillet

Le Groupe Local Rambouillet de la LPO-IDF a préparé des parcours qui vous permettront d'associer balades et observations naturalistes. Observations que vous n'oublierez pas, bien sûr, de lui transmettre !

Voici quatre parcours...

La galerie des espèces
du mois

Toutes les espèces présentées mois par mois sur le site de la LPO-IDF

Soutenez la Délégation régionale LPO Île-de-France
et participez à ses actions pour défendre la nature
en Île-de-France

Adhérez à la LPO pour partager vos connaissances
et émotions naturalistes et agir pour la protection
des oiseaux et des milieux qui les accueillent.
 
Vous pouvez adhérer par courrier ou en ligne.
https://www.lpo.fr/etre-acteur-participer/adherer-a-la-lpo
Faucon crécerelle

Découvrez les Faucons crécerelles de Paris ce week-end (22 et 23 juin 2019)

Samedi 22 juin et dimanche 23 juin, la LPO Île-de-France invite tous les parisiens, les touristes et tous les passionnés d'oiseaux ou les simples curieux à découvrir que Paris abrite quelques hôtes inattendus : des faucons crécerelles.  

 

Plusieurs lieux pour observer de 9h à 18h... 

 

L'ancienne caserne de Reuilly (20, rue de Reuilly 75012 Paris).

A l'aide de longues-vues, des animateurs passionnés du groupe Faucons feront découvrir au public l'activité des adultes... ou l'envol des jeunes.

 

Le pavillon du Roi au château de Vincennes

Un second stand sera également installé devant le pavillon du Roi d'où plusieurs visites seront organisées pour repérer tous les couples de Faucon crécerelle qui ont niché cette année sur le château de Vincennes.

> Lire la suite...

Ré-édition du guide "Débuter en ornithologie"

Un guide ornitho pour débutants

5 ans après le succès de la première édition, les auteurs se rassemblent à nouveau pour lancer une nouvelle édition du guide "Débuter en ornithologie, les oiseaux d’Île de France". Le livre conserve son essence : un ouvrage simple et non-simpliste pour découvrir les oiseaux de la région francilienne.

Ce guide offre une approche ludique et facile d’accès de l’ornithologie.

Le parti-pris de se focaliser sur 108 oiseaux d’Île de France permet aux Franciliens de découvrir les oiseaux proches d’eux. Les auteurs partagent avec vous des conseils pratiques donnés lors d’animation Nature, par exemple comment observer avec des jumelles. Pour chaque espèce, vous trouverez un dessin et une photo, avec un texte simple pour aider à l’identification et apporter une petite note amusante qui vient pimenter la lecture.

À glisser entre toutes les mains de débutants, enfants comme adultes.

> Télécharger le bon de commande

Faune sauve en détresse

La ligne téléphonique « Faune Sauvage en Détresse » est ouverte !

Dorénavant, si vous êtes confrontés à un animal sauvage en situation de détresse (blessé ou affaibli), en plus des conseils sur notre site Web (http://lpo-idf.fr/?pg=do&sj=33&ar=232), vous pourrez contacter la LPO Île-de-France sur la ligne téléphonique suivante : 

01 53 58 58 35

Tout appel concernant la faune sauvage en détresse doit être adressé à cette ligne téléphonique ! Cette ligne est ouverte du lundi au jeudi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 16h.

 

ATTENTION : Pour rappel, un oisillon trouvé au sol n’est pas systématiquement en situation de détresse. Une phase d’apprentissage au sol est bien souvent un passage nécessaire dans la vie d’un oisillon et les parents sont en général en surveillance à distance. Si vous trouvez un oisillon bien emplumé au sol, il vous faut avant d’agir vérifier qu’il soit réellement en danger (sur une route ou à proximité de prédateurs évidents) ou blessé. Dans le premier cas,  il suffit de l’éloigner de la source de danger (maximum 30 mètres du l’emplacement où vous l’avez découvert) en le posant de préférence en hauteur (branche, buisson, balcon…) et surveillez dans les heures qui suivent que les parents reviennent s’en occuper. Dans le deuxième cas, contactez notre ligne téléphonique « Faune Sauvage en Détresse » au 01 53 58 58 35.

 

Vous pouvez également télécharger notre guide Oiseaux en détresse pour avoir plus de détails sur la marche à suivre pour la capture et la contention.

 

> Guide « Secourir un oiseau en détresse »

Notre-Dame

Les faucons crécerelles de Notre-Dame

Après l'incendie qui a ravagé Notre-Dame le 15 avril 2019, que sont devenus les faucons crécerelles qui s'apprêtaient à nicher sur la cathédrale ?
Une présence historique…

La présence des faucons crécerelles sur la cathédrale Notre-Dame est attestée au moins depuis 1840 par Zéphirin Gerbe (1810 – 1890). Pour autant, cette présence n’a pas été continue dans la mesure où, vers les années 1870, ils avaient disparu de Paris. En effet, Nérée Quépat (1845 – 1927), de son vrai nom René Paquet d'Hauteroche (le verlan ne date pas d’aujourd’hui…), fait part de sa surprise de voir un couple présent longuement dans les ruines du palais de Justice et la préfecture de Police après les incendies de la Commune. En soulignant le caractère exceptionnel de son observation, Quépat témoigne ainsi de la disparition des faucons crécerelles de Paris et avance que l’extension du tissu urbain en est la cause avec l’augmentation de la distance à parcourir pour aller se nourrir en banlieue. Les crécerelles ne sont revenues à Paris que vers le milieu du XXe siècle.

> Lire la suite...

LE PASSER

Pour ses 50 ans, Le Passer devient une revue électronique

A partir de 2019, un numéro par an, avec une mise en ligne des articles au fur et à mesure de leur édition, sera publié avec une pagination continue. 

 

La création du Passer est subséquente à celle du Groupe Ornithologique Parisien (G.O.P) en 1966 qui, par la suite, fusionnera avec l'Association Parisienne Ornithologique (A.P.O) en 1982 pour donner naissance au Centre Ornithologique Ile-de-France (Corif). En 2018, le Corif fusionne à son tour avec la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) pour créer ainsi la délégation LPO Île-de-France.

 

Au départ, Le Passer était une simple revue sous forme de feuilles ronéotypées avec une dactylographie sur stencils et un tirage par ronéo. Très vite, le volume des articles devenu trop important pour continuer ainsi, la composition est devenue plus professionnelle, avec plusieurs changements de format et de la taille des caractères.

 

Le contenu, dès les premiers numéros, a fait la part belle aux synthèses régionales mais la publication d'articles sur des espèces rares est restée une constante ainsi que des petites études sur quelques espèces et des suivis réguliers de sites ou d’espèces à faibles effectifs. 

 

L'une des difficultés majeures, à laquelle les réponsables du Passer ont sans cesse été confrontés, a été le maintien d'un rythme régulier de parution. En effet, les synthèses étant de plus en plus longues à rédiger, les relances des auteurs également de plus en plus fréquentes, le décalage entre le recueil des données et la publication des synthèses n'a cessé de s'agrandir pour devenir finalement rédhibitoire.

 

La mise en ligne des articles vise précisément à réduire cet intervalle de temps et conserver ainsi toute la pertinence des articles. Voici donc les premiers articles du numéro 52 du Passer :

 

Les oiseaux rares en Île-de-France en 2017 Dix-septième rapport du Comité d'homologation régional Yves Massin pages 1-12

 

Inventaire des Pics noir et mar dans les forêts du nord du Val d'Oise Catherine Walbecque pages 13 à 17

 

Afflux exceptionnel de Sizerins flammés en Île-de-France pendant l'hiver 2017 - 2018 Yves Massin pages 18 à 19

 

 

Végétation urbaine

Élagage et bonnes pratiques

Chaque printemps, la LPO Île-de-France est sollicitée pour des élagages réalisés en pleine saison de nidification. Or, à cette période, le standard est déjà bien occupé par les animaux blessés. Nous renseignons donc, le plus possible, les personnes pour qu’elles puissent agir à leur niveau afin de sensibiliser les acteurs locaux. Et bien souvent, la mobilisation locale s’avère efficace !

Période préconisée

En ville, les parcs municipaux ou privés, les jardins d'immeubles, les voies aménagées avec des arbres ou des arbustes sont autant d'habitats pour un grand nombre d'espèces d'insectes, d'oiseaux, voire de mammifères. Les roselières sont également des habitats précieux pour certaines espèces d'oiseaux qui s'y protègent ou y nichent. Préserver cette végétation est donc d'une grande importance pour le développement de la biodiversité urbaine. Nous recommandons donc de procéder aux élagages entre octobre et février : pour les plantes (métabolisme ralenti en hiver) et évidemment pour éviter de porter atteinte aux couvées d’oiseaux. Lors de vos travaux d’entretien, attention également aux autres espèces protégées (hérissons, crapauds, chauves-souris...) qui se cachent parfois sous des haies, des tas de feuilles, de bois ou dans les troncs creux.

 

> Lire la suite...

Refuge LPO

Labellisation de 27 squares et jardins parisiens en Refuges LPO

Ce 20 mars 2019, un partenariat a été signé entre la ville de Paris et la délégation LPO Île-de-France pour la labellisation de 27 squares et jardins parisiens en Refuges LPO.

L’évènement s’est déroulé sur le Jardin Ver Têtu, autour d’une après-midi ouverte aux parisiens proposant plusieurs stands dont un sur les Refuges LPO, animée par Estelle Veyssière, Chargée de développement de la Vie associative. Deux stands de la Direction des espaces verts et de l’environnement de la ville proposaient la réalisation de mobiles "oiseaux" et la construction de nichoirs.

 

 

 

> Lire la suite...

Triangle de Gonesse 

Le plan local d’urbanisme qui prévoit l’implantation d’Europacity est annulé

Un nouveau revers pour les promoteurs de ce projet d’aménagement d’un mégacomplexe de loisirs et de commerces dans des champs du Val-d’Oise

 

Le "Triangle de Gonesse"

Comme l’avait requis le rapporteur public, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a annulé, mardi 12 mars, le plan local d’urbanisme (PLU) de Gonesse (Val-d’Oise), amendé en 2017 pour permettre l’urbanisation de 280 hectares de champs de céréales.

Ce document conditionne la réalisation d’un projet majeur de l’Est val-d’oisien : l’aménagement du Triangle de Gonesse, un espace de 750 hectares situé entre les aéroports du Bourget et de Roissy-Charles de Gaulle. À horizon 2027, ce secteur doit voir sortir de terre la gare du triangle de Gonesse, la future ligne 17 du GrandParisExpress et la construction d’une zone d’aménagement concerté (ZAC) sur 280 hectares qui abritera notamment EuropaCity,  un ensemble de commerces, d'installations culturelles et de loisirs (parc aquatique, piste de ski, boîtes de nuit...) porté par Immochan, la filiale immobilière du groupe de distribution Auchan, et cofinancé par la société immobilière chinoise Wanda.

 

Une erreur manifeste d'apréciation

Pour expliquer sa décision de mars 2019, le tribunal a estimé que le conseil municipal de Gonesse, qui avait approuvé le PLU en septembre 2017, avait "commis une erreur manifeste d’appréciation en classant en zone à urbaniser 248 hectares de terres agricoles. Cette urbanisation concerne des terres particulièrement fertiles, alors que les bénéfices escomptés, notamment en termes de créations d’emplois, invoqués par la commune de Gonesse, ne sont pas établis". Le juge administratif a également estimé que la commune de Gonesse aurait dû présenter une "alternative sérieuse à un projet de nature à affecter considérablement l’environnement local et régional".

 

 

> Lire la suite...

Sorties nature

Le guide des Sorties Nature de la LPO Île-de-France pour le 1er semestre 2019 est en ligne !

 

Les sorties que nous proposons vous permettront de vous initier à l’ornithologie tout en découvrant des sites naturels de la région ou des espaces verts périurbains dont la diversité vous surprendra.

 

Ces sorties sont animées par des bénévoles passionnés qui prennent sur leur temps de loisir pour vous faire partager leur amour des oiseaux. Toutes les sorties proposées dans Sorties nature sont gratuites et il n’est pas nécessaire d’être adhérent à la LPO pour y participer. Cependant, nous serions heureux si, à cette occasion, vous décidiez d’y adhérer pour soutenir nos actions.

 

Pour profiter pleinement de votre sortie, munissez-vous d’une paire de jumelles et éventuellement d’une longue-vue. Emportez également un guide d’identification si vous en possédez un ainsi qu’un carnet de notes. Enfin, prévoyez de bonnes chaussures de marche et tenez compte de la météo pour vous habiller avec des vêtements plutôt sombres et de couleur neutre. Vous souhaitez connaître la liste des sorties organisées en Île-de-France à une période précise : reportez-vous à la fin du document. N’oubliez pas que la nature est fragile et que ces sorties sont organisées dans le strict respect de la faune et de la flore sauvages. 

 

 

> Télécharger le Guide des sorties Nature du premier semestre 2019

Délégation LPO Île-de-France

Deuxièmes Assises régionales 2019

Le samedi 9 février prochain vont avoir lieu les Assises Régionales 2019 de la LPO Ile-de-France à Montigny-le-Bretonneux (78).

 

Vous trouverez dans le lien, ci-dessous, dans sa version PDF, le LPO Info IDF spécial Assises Régionales que certaines et certains d'entre vous ont déjà reçu par courrier. Pour celles et ceux qui ne l'ont pas encore reçu par voie postale, pas d'inquiétude, il est en cours d'acheminement.

 

LPO Info spécial Assises régionales 2019

  

Vous y trouverez l'ordre du jour des assises, ainsi que les rapports moral, d'orientation et financier de la LPO IDF.

Les modalités de vote, d'inscription et d'accès pour les assises sont aussi dans le document.

 

Comme vous pouvez le voir, durant la matinée des sorties vous sont proposées :

- Sortie découverte des refuges LPO de la Ville de Montigny à 9 h 00

- Sortie Forêt de Port-Royal à 9 h 00

- Sortie à la Réserve naturelle nationale de Saint Quentin-en-Yvelines à 9 h 00

 

La participation à toutes ces sorties se fait sur inscription auprès de Dalila Hachemi : dalila.hachemi@lpo.fr

 

Inscription aux assises :

N'oubliez pas de transmettre votre bulletin d'inscription (participation, repas, covoiturage) aux assises par courrier ou par mail à Dalila Hachemi : dalila.hachemi@lpo.fr

Creteil

Un nichoir pour Faucon crécerelle sur pylône

Le 20 décembre 2018, RTE a installé un nichoir sur un pylône d’une ligne 225 000 volts situé aux abords du parc départemental du lac de Créteil afin de favoriser la nidification d'un couple de Faucon crécerelle. Cette zone, entre espace vert et voie rapide, constitue, en effet, un terrain de chasse pour ce rapace. Un couple avait préalablement été repéré par le collectif du lac de Créteil, il y a quelques mois, dans le cadre d’un programme d’observation de la biodiversité dans le parc.

La LPO Île-de-France et les équipes RTE ont travaillé ensemble pour réaliser un nichoir adapté au pylône. Celui-ci a été orienté nord-est. 

Pendant l'installation du nichoir, un couple de Faucon crécerelle a d'ailleurs été observé en train de chasser...

> Lire la suite...

Formation ornithologique

École régionale d'ornithologie 2019

L’Agence régionale de la biodiversité en Île-de-France et la LPO Île-de-France vous proposent un module d’apprentissage dédié à l’ornithologie, dans l’objectif d’améliorer la connaissance sur les populations d’oiseaux présentes sur la région en développant le réseau francilien d’ornithologues. Initialement intitulée "Formation ornithologique", ce module change de nom en 2019 et devient l'École régionale d'ornithologie, en concordance avec les autres formations naturalistes que nous proposons (l'École régionale de botanique et l'École régionale d'herpétologie).

> En savoir plus

Vote des adhérents en Assemblée générale extraordinaire du 16 décembre 2017

Le projet de fusion avec la LPO adopté
par les adhérents du Corif

Le projet de fusion-absorption par la LPO présenté par le conseil d'administration du Corif a été adopté par les adhérents de l'association réunis samedi 16 décembre au matin à Bobigny en assemblée générale extraordinaire.
Il y a eu 121 votants sur 617 adhérents inscrits. La proposition du CA a recueilli 97 voix (80,2%). Il y a eu 20 votes contre et 4 votes blancs ou nuls.

La fusion du Corif et de la LPO crée une délégation Île-de-France de la LPO. Cette fusion sera effective au 1er janvier 2018. Sa mise en pratique sera évidemment progressive.

Le site www.corif.net restera en ligne jusqu'à ce qu'il soit transféré sur le site de la LPO Île-de-France.

Mais, pour l'instant, les adhésions à partir du site internet du Corif sont suspendues.

Si vous souhaitez devenir adhérent, revenez dans quelque temps sur ce site ou rendez vous sur le site de la LPO Île-de-France.

> Consulter le site de la LPO Île-de-France

Nuisible, mon amour !

Un grand merci

Le Corif s'est lancé dans une campagne de financement participatif, et c'est un succès.

Les actions en justice constituent une part importante de l'activité du Corif pour la protection de la nature, et ces actions sont souvent couronnées de succès.

Mais elles ont un coût. Et elles ne sont financées ni par des subventions, ni par les maigres dommages que les tribunaux nous accordent parfois.

Des destructions injustifiées

Le Grand cormoran, le Renard roux, la Martre, la Pie bavarde, en outre, sont victimes de destructions totalement injustifiées. Les prétendus dégâts qu'elles causent sont souvent minimes et peuvent dans la plupart des cas être évités si l'on prend des précautions. D'autre part, la destruction d'individus de ces espèces s'avère totalement inefficace en regard des buts recherchés.

C'est pourquoi le Corif est particulièrement attentif à leur sort.

Financer nos actions

Pour continuer à pouvoir les défendre, notre association a pour la première fois lancé une campagne de financement participatif, qui s'est terminée le 31 mars, sur le site helloasso. Cette campagne avait comme objectif initial de recueillir 5000 €.

Cette somme ayant été recueillie avant la fin de la campagne, nous avons fait le pari de relever l'objectif à 7000 €. Pari gagné grâce à la mobilisation de nombreux contributeurs puisque la somme finalement atteinte est de 7189 €.

Un grand merci

Les dons, parfois importants, proviennent d'adhérents de notre association, bien sûr, mais des contributions sont arrivées de toute la France et même, pour l'une d'entre elles, des États-Unis.

Merci à tous ceux, préoccupés par les atteintes faites à la biodiversité, d'avoir ainsi soutenu les actions juridiques du Corif pour la protection de la nature contre des initiatives aussi injustifiées que vaines.

Comme il se pratique dans les campagnes de financement participatif, les contributeurs ont reçu (ou recevront pour les dons les plus récents) les contreparties promises et qu'ils ont choisies.

Une nouvelle publication du COrif

L'Atlas des oiseaux
nicheurs
d'Île-de-France
est paru

Ce sont pas moins de 167 espèces d’oiseaux qui ont été trouvées nicheuses en Île-de-France entre 2009 et 2014.

Un état de la biodiversité francilienne

Certaines sont en déclin, comme les espèces spécialistes des milieux agricoles, victimes de l’uniformisation de nos campagnes.

D’autres espèces sont dans une dynamique positive, comme certains Ardéidés (Aigrette garzette, Héron gardeboeufs) ou certains rapaces, dont l’emblématique Faucon pèlerin qui niche maintenant dans Paris à deux pas de la Tour Eiffel !
Cet atlas intéressera évidemment les ornithologues, franciliens ou non. Il attirera aussi l’amateur de nature qui veut pouvoir découvrir les richesses ornithologiques de sa région.

Une réalisation associative

Il est le fruit des contributions bénévoles d'une centaine d'observateurs, de rédacteurs, de photographes qui ont mis leur énergie et leur savoir faire au service d'une meilleure connaissance de la biodiversité en Île-de-France.
Leur travail a été coordonné par le Corif.

Pour chaque espèce, l’atlas présente la carte de répartition et l’effectif estimé, ainsi qu’un résumé du milieu occupé, du calendrier de reproduction, de l’évolution des effectifs et des principales mesures de conservation.

204 pages 21 x 29,7 cm.

> Télécharger le bon de commande

Dynamique associative

Les Corifiens s'engagent

Les six cents adhérents du Corif s'impliquent pour la connaissance et la protection de la nature au travers, principalement (mais pas seulement), de l'observation des oiseaux.

Mais pourquoi les oiseaux ?

Découvrez leurs témoignages dans la première vidéo ci-dessous. Vous ne serez pas étonnés ensuite qu'ils participent nombreux à l'assemblée générale de leur association, comme le montre la deuxième vidéo.

Pour plus de confort, activez le mode plein écran (bouton en bas à droite du lecteur de la vidéo en cours de lecture).

Le Corif en actions

Notre rapport d'activités 2016 :  mieux connaître le Corif

Rédigé par les salariés et des adhérents du Corif, réalisé par d'autres adhérents, notre Rapport d'activités valorise les actions menées par notre association en faveur de la protection de la nature, dans le domaine des études, des préconisations, de la sensibilisation des adultes et des enfants.

Ensemble, plus et mieux pour la nature

Il est, bien sûr, destiné à tous les corifiens pour qu'ils prennent la mesure de ce que nous faisons ensemble, pour nous donner envie de faire plus et mieux. La nature en a besoin.

Il est également destiné à nos partenaires, ceux qui peuvent le devenir ou, malheureusement, ceux qui ne veulent plus l'être, pour qu'ils prennent conscience de l'importance du Corif, et des associations en général, pour la protection de la biodiversité.

L'affaire de tous

Nous espérons que tous lui prêteront l'attention qu'il mérite à un moment où des collectivités ont la tentation de retirer leur soutien à l'action des associations et de leurs adhérents, qui se mobilisent pourtant pour lutter pour leur conviction : la nature doit être protégée, c'est l'affaire de tous.

Téléchargez le Rapport d'activités du Corif, n'hésitez pas à le faire connaître autour de vous. Si vous avez un contact avec une collectivité publique, une entreprise ou un organisme qui pourrait nous soutenir, n'hésitez pas à lui parler de ce rapport. Nous avons imprimé quelques exemplaires supplémentaires et, surtout, il est téléchargeable grâce au lien ci-dessous.

> Télécharger le rapport d'activités

Financement participatif

Les premières contreparties expédiées

Pour remercier les donateurs de leur soutien à la campagne de financement participatif lancée par le Corif sur le site helloasso pour soutenir ses actions juridiques pour la protection des "nuisibles" (voir ci-dessus), l'équipe "Etudes et protection de la nature" du Corif a expédié les premières contreparties pour remercier les donateurs.

Autocollants, cartes postales, magnets, photos, livres, etc., viendront marquer la reconnaissance de notre association envers ceux et celles qui nous auront aidé à financer les actions juridiques que nous menons pour la défense des espèces injustement classées "nuisibles". Ces contreparties seront aussi, pour les donateurs, la marque de leur engagement.

 

VOUS POUVEZ AGIR

Alerte bromadiolone !

La bromadiolone est un anticoagulant utilisé dans le cadre du plan d’action régional contre les campagnols. Les appâts seront enterrés mais les risques pour la faune non cible sont présents.

L'utilisation de la bromadiolone est autorisée en Ile-de-France entre le 1er septembre et le 31 mars via un formulaire de déclaration qui doit être affiché en mairie.

Depuis le 1er septembre dernier, des autorisations de traitement ont été accordées à plusieurs reprises en Île-de-France. Les associations, dont le Corif, la LPO, NaturEssonne et l'ANVL sont extrêmement vigilantes sur le respect de la réglementation concernant ces traitements, à défaut d'une préférable interdiction.

27/1/2017

Une autorisation de traitement à la bromadiolone vient d’être accordée dans le Val-d’Oise à Berville. Le traitement aura lieu du 26 janvier au 26 février.

27/1/2017

La procédure n'est pas respectée !

Le Corif est membre du CDCFS de la Seine-et-Marne et à ce titre doit être prévenu des traitements autorisés.
Suite à une intervention de notre directrice, nous venons d'apprendre, incidemment, que dix traitements ont été autorisés sans que nous n'en soyons avertis.

27/1/2017

De nouveaux traitements non annoncés

Ces traitements concernent les communes de Burcy, Obsonville, Chevrainvilliers, Aufferville, Ichy et Saint-Pierre-les-Nemours.

Le Corif est extrêmement choqué par ce non respect des procédures et envisage maintenant des actions pour le faire savoir.

28/1/2017

Dans le Val-d'Oise

Deux autres autorisations de traitements sont encore en cours dans le Val-d’Oise à Charmont et à Guenainville du 9 janvier au 9 février.
 

8/2/2017

En Seine-et-Marne

Autorisation de traitement dans la commune de Léchelle du 13 février au 13 mars.
 

La bromadiolone est utilisée dans le cadre du plan d’action régionale contre les campagnols. Les appâts seront enterrés mais les risques pour la faune non cible sont présents.

Ces traitements doivent être annoncés dans les mairies des communes concernées, en respectant certaines règles. Ce qui n'est pas toujours le cas pour l’instant, des courriers de rappel ont été envoyés aux communes concernées. Dans tous ces cas, les associations de protection de la nature ont déposé des recours gracieux auprès de la Direction régionale et interdépartementale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRIAAF) qui contrôle ces traitements par l'intermédiaire de la FREDON Île-de-France. Nous avons en outre demandé la production des documents attestant que les conditions requises pour le déclenchement des traitements sont bien réunies.

Faites des photos

Ainsi nous vous demandons la plus grande vigilance lors de vos observations sur ces communes. Si vous trouvez des animaux morts, pendant la période de traitement indiquée et dans les deux semaines suivantes, merci de faire des photos, avec des gros plans de la tête, et de nous les envoyer (corif@corif.net et/ou ile-de-france@lpo.fr) et de saisir vos données le plus précisément possible quant à la localisation sur le site Faune-Ile-de-France.

Surtout ne touchez pas les cadavres

Merci de contacter le réseau SAGIR pour récupérer les cadavres en vue d’analyses :

  • En Seine-et-Marne :  ONCFS : 01 64 00 66 40 et FDC77 : 01 64 14 40 20
  • En Essonne et dans le Val-d’Oise : ONCFS : 01 30 41 74 94 et FICIF : 01 55 60 18 70
  • Dans les Yvelines : ONCFS : 01 30 41 74 94 et FICIF : 01 34 85 33 00.
  • Pour toutes demandes de précisions, n’hésitez pas à nous contacter (CORIF : 01 48 60 13 00, LPO : 01 53 58 58 38).

Surveillez l'affichage dans les mairies

Si vous habitez dans des communes (ou à leur proximité) dans lesquelles des traitements à la bromadiolone sont susceptibles d'être menés, rendez-vous à la mairie pour vérifier que ces traitements sont bien annoncés (ils doivent l'être au moins deux jours avant leur début). Faites une photo de l'avis de traitement et faites-nous la parvenir (corif@corif.net et/ou ile-de-france@lpo.fr).

Pour pouvoir intervenir à temps, suivez aussi les annonces de traitement qui sont faites sur ce site et sur Faune-Ile-de-France.

Merci à tous pour votre aide.

> Saisir ses observations sur Faune-Ile-de-France

Relations Collectivités publiques / Associations

La solution gagnant/gagnant

Depuis quelques années, dans un louable souci de transparence, de nombreuses collectivités publiques substituent le code des marchés publics aux partenariats. Mais cette procédure ne permet pas vraiment d'atteindre le but recherché. De plus, elle est mal adaptée à la culture et aux pratiques associatives et modifie considérablement les relations entre associations et pouvoirs publics. De partenaires, les associations deviennent prestataires.

La subvention est maintenant recommandée

Soucieux d'entretenir avec ses partenaires des relations harmonieuses, constructives et pérennes, le Corif a rédigé un document pour convaincre les décideurs de choisir les conventions et la subvention pour donner un cadre aux projets associatifs qu'elles soutiennent en application de leurs politiques publiques. Ce qui correspondrait aux instructions contenues dans la circulaire du premier ministre du 29 septembre 2015.

Notre document rencontre déjà un certain succès (au sein du GRAINE-IDF, par exemple) et son argumentaire a déjà amené des collectivités publiques à renouer avec les conventions de partenariat et les subventions.

Relayer la campagne

Le document "Les marchés publics, c'est pas automatique !" est à disposition de tous, lisez-le, diffusez-le le plus largement possible aux associations, aux élus, aux responsables que vous pourrez contacter. Le Corif met également à disposition le fichier original de ce document que les associations qui souhaitent relayer cette campagne peuvent nous demander. Elles pourront alors le personnaliser, y citer leurs propres exemples, se l'approprier.

> Télécharger le document (PDF)
> Nous demander le document original
> En savoir plus...

éducation à l’environnement et au développement durable (EEDD)

La Région supprime son soutien
à l'éducation à la nature

Le Conseil régional d’Île-de-France a récemment exprimé le souhait de ne pas renouveler son soutien financier au réseau francilien d’éducation à l’environnement et au développement durable (EEDD).

La LPO Île-de-France, le Corif, Les petits débrouillards, l’Opie et Planète sciences Île-de-France s’associent pour signer d’une main une lettre ouverte adressée à la Présidente de région, Madame Valérie Pécresse.

Pour les structures membres du Graine Île-de-France, il est important de rappeler à la présidente les bénéfices qui peuvent découler d’un partenariat avec l’EEDD. Le Graine Île-de-France et ses 117 structures membres peuvent travailler de concert avec la région pour accompagner et participer à la mise en place du Plan Vert pour faire de l’Île-de-France « la première éco-région d’Europe », comme le souhaite Mme Pécresse.

La sensibilisation à la protection de la nature est indispensable

Car il est difficile d’imaginer qu’un tel projet puisse se passer de la sensibilisation des citoyens qui est assurée au quotidien par les acteurs du Graine Île-de-France. Le soutien réel et financier de la Région au Graine Île-de-France est donc une nécessité au développement et à la structuration de l’éducation à l’environnement et au développement durable en Île-de-France.

Soutenez la lettre ouverte à Valérie Pécresse

Vous pouvez exprimer votre soutien à la lettre adressée à Valérie Pécresse en vous rendant sur le site change.org. Exprimez-vous, c'est important !

> Voir la lettre ouverte

> Soutenir la lettre ouverte

La Bassée (77) menacée

Un aménagement sur la Seine menace une zone humide importante

C'est un projet ancien, et comme dans d'autres cas connus, ses promoteurs insistent d'autant plus pour le mener jusqu'au bout, alors qu'il semble bien qu'il ne correspond plus à ce que doivent être les politiques environnementales aujourd'hui.

L'idée est d'élargir la Seine entre Bray-sur-Seine et Nogent-sur-Seine, en Seine-et-Marne, d'étendre ainsi "le réseau à grand gabarit de l’axe Seine pour relier de manière homogène les ports de Nogent-sur-Seine au bassin parisien et au-delà, aux ports du Havre, de Rouen et du nord de l’Europe".

Encore une destruction de zone humide

Mais ce projet, s'il est mené à bien, va détruire la plaine alluviale de la Bassée que de nombreux naturalistes connaissent pour la richersse de son avifaune et de sa biodiversité en général.

De plus, cette zone sert à absorber de manière naturelle les crues de la Seine et à filtrer les eaux qui constituent nos réserves d'eau potable. Si ces fonctions n'étaient plus réalisés "gratuitement" par la nature, il faudrait construire de coûteux équipements pour la remplacer.

Pétition

Encore une fois, face à la force et l'obstination des promoteurs du projet porté par VNF (Voies navigables de France), il n'est pas facile de sauver une zone d'une grande richesse naturelle.

Un collectif "Citoyen.ne.s pour la Bassée" a lancé une pétition sur change.org.

> En savoir plus sur la pétition

Pro Natura Île-de-France

Acquérir des sites
pour les protéger

En adhérant au Corif, les membres
de notre association peuvent verser
une part de leur cotisation
à Pro Natura Île-de-France.

Trente ans bientôt après sa création, Pro Natura Île-de-France rassemble les contributions financières d’une centaine de donateurs qui sont ses adhérents tout comme cinq associations qui, comme le Corif, demandent à leurs adhérents une surcotisation reversée à Pro Natura Île-de-France.

Grâce à ces financements bénévoles, Pro Natura Île-de-France est devenu propriétaire de plus de 250 hectares en Seine-et-Marne et dans l’Essonne.

La pelouse à Maïté

Par exemple, sur le plateau du Gatinais, l'acquisition par Pro Natura Île-de-France a été réalisée à l’initiative de NaturEssonne sur près de 25 hectares, avec sa participation financière ainsi qu’avec celle du Corif. Dite "pelouse à Maïté" en l’honneur d’une adhérente du Corif trop tôt partie vers les pelouses éternelles, cette pelouse permet d’admirer, entre autres, l’Orchis pyramidal et le délicat Orchis moucheron. Ce petit morceau de nature essonnienne a été le point de départ du classement de 200 hectares des pelouses calcaires du Gâtinais en zone spéciale de conservation du réseau Natura 2000.

Soutenir Pro Natura

En tant que membre fondateur de Pro Natura Île-de-France, le Corif collecte des dons auprès de ses adhérents, au moment de leur inscription, ou plus tard.

Mais les personnes qui ne sont pas adhérentes du Corif (quel dommage !) peuvent aussi soutenir Pro Natura Île-de-France en envoyant leur don à notre association qui le reversera ensuite à Pro Natura Île-de-France, toujours en vertu de son statut de membre fondateur.

Rappel : vous pouvez déduire 66 % de votre don pour les particuliers, dans la limite de 20 % de votre revenu imposable (un don de 30 € ne vous en coûte que 10). Pour les entreprises, le plafond s’élève à 60 %, à hauteur de 5 % du chiffre d’affaires. Chaque année, un reçu fiscal vous sera envoyé.

> Les coordonnées du Corif pour envoyer votre don pour Pro Natura Île-de-France

 

Vidéo : © Commnauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre

Sorties nature en partenariat
Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre / Corif

"Parfaitement recommandées !"

C'est l'une des opinions exprimées dans cette vidéo par des personnes qui ont participé aux animations proposées par la Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre et animées par le Corif.
Les animateurs du Corif partagent avec les participants leur passion pour les oiseaux, et en faisant découvrir la biodiversité de lieux familiers, sensibilisent à la protection de la nature.
En plus de ces sorties "tous publics", l'équipe pédagogique de notre association propose, dans le même esprit, des programmes innovants pour les scolaires comme "Le voyage de la biodiversité" (sur les continuités écologiques) ou "Nature en film" (sur le regard porté sur la nature), par exemple.
Si vous souhaitez en savoir plus, contactez le Corif.
Les sorties nature proposées par la Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre sont gratuites et ont lieu de mars à juin et de septembre à novembre. Pour vous inscrire, rendez-vous sur www.agglo-hautsdebievre.fr

étudier la nature

Participez à la "ComNat" !

Oui, mais c'est quoi, la "ComNat" ? C'est, dans le language courant des corifiens, la Commission naturaliste.

Il est en effet apparu que de nombreux corifiens souhaitaient s'impliquer dans des études, mais encore fallait-il que celles-ci soient organisées en commun pour prendre toute leur valeur. C'est ce constat qui a donné naissance à la Commission naturaliste du Corif.

La première initiative de la ComNat a été de lancer une étude sur le Moineau friquet, espèce qui semble en voie de disparition en Île-de-France. C'est ce qu'il fallait vérifier.

D'autres études sont en préparation, en particulier sur les oiseaux nicheurs rares de notre région.

Le Passer

Et, jusqu'à maintenant, beaucoup d'énergie a été dépensée à la relance du Passer, la revue scientifique du Corif. Les efforts de la ComNat ont été largement récompensés : cette renaissance est un succès. Les études menées par les corifiens sont ainsi bien valorisées. Mais il y a encore du retard à rattrapper dans la publication des synthèses annuelles.

Vous pouvez participer

Que vous soyez volontaire pour participer à des études, ou pour les initier et les organiser, ou encore que vous souhaitiez contribuer à la rédaction et à la fabrication du Passer, ou y publier des articles, n'hésitez pas à vous mettre en rapport avec la ComNat en envoyant un mail au Corif.

> En savoir plus sur la Commission naturaliste du Corif

Résultat d'une étude anglaise

Des prédateurs
pour la Perruche
à collier ?

Une étude parue dans la revue scientifique anglaise "British Birds" rapporte des prédations de Perruche à collier par certains rapaces.

Ces prédations auront-elles un effet sur le développement de la population de ces perruches de plus en plus présentes en Europe, en particulier dans ses grandes villes ?

Les prédateurs vont-ils adapter leur régime alimentaire ? Des observations faites à Londres et recueillies par les auteurs de l'étude pourraient le laisser penser.

> Lire la suite...

Agir

Le Collectif des photographes
de la LPO-IDF

Les photographes mettent leur passion en commun, échangent leurs expériences, organisent ensemble des prises de vues, coordonnent leurs contributions à la photothèque de notre association, illustrent les sujets sur lesquels la LPO-IDF intervient...

Ecrivez à ile-de-france@lpo.fr
pour en savoir plus.

> Accédez à la photothèque

L'atlas des oiseaux nicheurs de Paris

La LPO-IDF a doté la capitale de l'ouvrage de référence qui lui manquait.
Aujourd'hui, dix ans après, notre association se lance à nouveau dans l'inventaire des oiseaux nicheurs de notre région en vue de la deuxième édition de l'atlas.

En savoir plus...

Les moineaux disparaissent-ils dans Paris ?

Dans de nombreuses capitales européennes, leur population est en déclin. L'enquête LPO-IDF cherche à savoir ce qu'il en est chez nous.

> En savoir plus sur l'enquête

Vous avez trouvé un oiseau ?

La LPO-IDF vous dit quoi faire